La France à la traîne contre la traite des êtres humains

Le GRETA demande à la France de renforcer sa lutte contre la traite.

C’est le 28 janvier 2013, que le Groupe d’experts sur la lutte contre la traite des êtres humains du Conseil de l’Europe (GRETA) a publié son premier rapport sur la situation du phénomène en France.

Si le travail forcé, non rémunéré ou effectué sous la menace se développe, il semble être très mal pris en compte en France où il existe aucune statistique officielle sur cet aspect de la traite des êtres humains. Seules des données officielles fournies par les autorités françaises concernent l’autre forme bien particulière de la traite : l’exploitation sexuelle.

Si ce problème de statistique touche également d’autres pays, le Groupe d’experts appelle les autorités françaises à lancer un plan national d’action concerté, sur la traite des êtres humains. Le groupe d’experts recommande également qu’un mécanisme national d’orientation soit mis en place pour identifier formellement les victimes de la traite et s’assurer qu’elles reçoivent assistance et protection.

Selon le rapport, le nombre d’enfants victimes de la traite serait en augmentation, notamment les enfants d’origine Rom et provenant d’Europe du sud-est, qui seraient exploités aux fins de mendicité et de vol forcés.

En matière de coopération internationale, le rapport relate que “trois Equipes Communes d’Enquêtes (ECE) en matière de traite ont été mises en  œuvre avec la Roumanie et la Belgique, dont une conclue en 2008 a été clôturée (interpellation de l’auteur), mais dont l’enquête se poursuit sur le terrain patrimonial et financier.  Les deux autres (ouvertes respectivement en 2011 et 2012) demeurent en cours”.

Les autorités françaises indiquent qu’un bon niveau de coopération en matière de lutte contre la traite  a été  développé, au travers de CRI (Commission Rogatoire Internationale), avec un certain nombre de pays (Belgique, Hongrie,  Portugal  et  Roumanie) mais que la coopération s’avérait problématique avec d’autres (comme le Nigéria et la Fédération de Russie).

Pour lire le rapport complet, cliquez ici : Rapport GRETA (Rapport Concernant la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l’Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par la France.