Roumanie-Allemagne: démantèlement d’un réseaux de trafic d’être humains

Un réseau de trafic d’êtres humains entre la Roumanie et l’Allemagne vient d’être démantelé

Le Parquet roumain chargé de la lutte contre la criminalité organisée (DIICOT), vient d’annoncer ce jeudi 14 mars, avoir mis à jour un réseau de trafic d’êtres humains entre  la Roumanie et l’Allemagne qui aurait exploité plus de 200 personnes dont des mineurs.

D’après les analyses financières, ce réseau était constitué de citoyens roumains et allemands et aurait réalisé des bénéfices d’au moins 150.000 dollars (115.000 euros), a-t-on ajouté de même source.

Trois Roumains, Boboc Florin, Şerban Marian Corneliu et Begiu Vasilică, qui pratiquaient des sports de contact dans un club sportif de la ville de Craiova (sud) sont accusés “d’avoir racolé et transporté en Allemagne des personnes exclusivement de sexe masculin dans le but d’entretenir des relations sexuelles tarifées avec des citoyens allemands”, précise le communiqué du DIICOT.

Les victimes étaient aussi utilisées pour la réalisation de “documents pornographiques explicites”, ont ajouté les procureurs.

Selon la justice roumaine, pas moins d’une cinquantaine de personnes sont actuellement auditionnées dans ce dossier et la police a effectué dix perquisitions dans les régions de Craiova et Dolj aux domiciles des supects.

La Roumanie reste un pays où la traite et le trafic d’êtres humains continuent à alimenter les organisations criminelles de bénéfices financiers inquiétants. MDM a d’ailleurs pu le constater lors de ses reportages sur le trafic d’enfants entre la Roumanie et la Belgique (Cfr: Article Paris Match “Sur la piste du trafic d’enfants“).

En novembre, des experts de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) et de plusieurs pays européens avaient souligné une “hausse inquiétante” de la traite des humains en Europe du Sud-Est, notamment des mineurs. La destination principale des victimes est généralement l’Europe de l’Ouest, plus prospère et bénéfique pour les organisations criminelles.

Alors que l’adhésion de la Roumanie et de la Bulgarie dans l’espace Schengen vient également de faire couler beaucoup d’encre (Cfr: “La Roumanie et la Bulgarie restent excluent de l’espace Shengen“), Sofia ne peut que continuer à démanteler les nombreuses organisations criminelles qui gangrainent le pays.

 

Autres sources sur le sujet:

- Communiqué de presse du DIICOT

- Euronews –  Youtube

- Europe Liberté : “Roumanie et Bulgarie restent à la porte de Shengen…”

- Le Vif: “L’hadésion à Shengen demeure une perspective éloignée pour la Roumanie et la Bulgarie”