Wikileaks dévoile le Plan Militaire de l’UE contre le trafic en Méditerranée

Le programme envisagé par l’Union européenne afin d’enrayer le trafic des « bateaux de réfugiés » vers le Vieux continent, est dévoilé par l’ONG de Julian Assange.

Ce plan de bataille militaire européen top secret est rendu public une semaine à peine, après la réunion au sommet de l’Europe sur la problématique du trafic de migrants en Méditerranée. Les deux documents confidentiels du Comité Militaire de l’Union Européenne (CMUE), datés du 12 mai 2015, et approuvés par les différents Ministres de la Défense de l’Union, s’adressent au Conseil de l’UE.

Le premier rapport classifié, s’intitule: « Military Advice on the “Draft Crisis Management Concept for a possible CSDP operation to disrupt human smuggling networks in the Southern Central Mediterranean“. On y apprend que la piste d’un déploiement militaire en Lybie pour une durée d’un an minimum est donc envisagée pour stopper l’afflux de migrants qui risquent leur vie. Politiquement, le CMUE préconise que «l’opération européenne devrait être encadrée par une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies à condition que la Libye le demande ».

Destruction des bateaux des trafiquants avant la traversée

Le document met en avant l’importance d’entreprendre systématiquement des efforts pour identifier, capturer et détruire les bateaux avant même qu’ils ne soient utilisés par les trafiquants” ; il mentionne également le besoin d’avoir une  «une approche flexible et itérative afin d’offrir une réponse aussi rapide et efficace que possible»

Démanteler les réseaux du trafic migratoire

Dans le deuxième document intitulé «PMG Recommendations on the “Draft Crisis Management Concept for a possible CSDP operation to disrupt human smuggling networks in the Southern Central Mediterranean” ,le CMUE revient notamment sur les initiatives et les moyens à mettre en place pour convaincre l’opinion publique de la nécessité d’une telle opération. La stratégie médiatique doit ainsi éviter, selon les experts, de se focaliser sur “la nécessité de sauver les migrants”, et se concentrer avant tout sur le fait que l’objectif de l’opération est le démantèlement des réseaux du trafic migratoire.

Éventuelle confrontation avec Daesh

Concernant l’évaluation des risques, il ressort que « la présence probable de forces hostiles, extrémistes ou terroristes comme Daesh devrait être prise en considération »… « La menace doit être reconnue, surtout lors d’opérations d’embarquement et lors de l’utilisation sur terre ou à proximité d’une côte non sécurisée, ou lors de l’interaction avec des navires non-navigables ».

Quant aux conditions d’usage de la force, les documents jugent qu’elle pourrait s’appliquer “en cas de refus d’obtempérer pour neutraliser les trafiquants en cas de prise d’otages ou de menaces directes à l’encontre des forces d’intervention… », mais également «… en cas de saisie de navire, en cas de menaces directes envers les forces d’intervention ou les personnes suspectées d’avoir commis des crimes… ».

Le Comité Militaire de l’Union Européenne souligne aussi la nécessité d’établir une importante capacité d’analyse de l’intelligence en utilisant au maximum les capacités de surveillance, de renseignement et d’information disponibles.

Bref, voici plus de quinze ans, que nous enquêtons, décryptons, analysons sur le terrain la traite et le trafic qui sont deux phénomènes  interdépendants. Le trafic des êtres humains et l’acheminement de migrants par des réseaux n’est pas neuf, loin de là! Cette forme de criminalité est celle qui fait le plus de victimes, et pas seulement depuis les récents drames en Méditerranée. En 2007 nous écrivions ” Déloger ces réseaux, les remonter, les infiltrer parfois et, en bout de course, les abattre, mobilisent des effectifs importants et absorbent des moyens considérables…“. Les mesures dévoilées par les acteurs européens sont tardives mais, une synergie internationale est primordiale car les réseaux de trafiquants s’adaptent toujours pour déjouer les failles des systèmes. La menace d’intrusion des mouvements extrémistes et terroristes dans ce business lucratif est une réalité; ceux-ci en ont compris tous les intérêts depuis longtemps. Avec l’usage de faux documents en passant par les filières de passeurs, tout est possible dans la clandestinité pour atteindre un objectif.

Mais si les mesures sécuritaires au niveau européen sont une nécessité pour combattre les trafiquants, n’oublions pas les victimes qui restent des êtres humains à prendre en charge et à sortir des fausses promesses migratoires souvent mortelles…

 

Source:

– Wikileaks: EU plan for military intervention against “refugee boats” in Libya and the Mediterranean

Document 1: 

Doc UE1

 

 

 

 

 

Document 2:

Doc UE2