Des Photos chocs du trafic de migrants primées

Un reportage dur sur la situation des migrants en mer

C’est à Perpignan, début septembre dernier, que s’est déroulé « Visa pour l’image », le plus grand festival international de photojournalisme.

Cet événement réunit des milliers de visiteurs autour d’une même passion : explorer les expositions réparties dans toute la ville et découvrir de saisissants reportages, réalisés par des photojournalistes du monde entier. Avec ses 3 000 professionnels accrédités, ce rendez-vous est devenu un incontournable et offre une visibilité à des travaux qui ne font pas nécessairement la Une de l’actualité.

Cette année, l’une des thématiques qui est sortie du lot est celle des migrants, avec trois expositions, dont celle d’Aris Messinis photographe grec du bureau de l’AFP à Athènes. Il a remporté le « Visa d’or News » grâce à son courageux reportage réalisé en 2015 sur le flot de réfugiés vers l’île grecque de Lesbos. Intitulé « Scènes de guerre en zone de paix », le photographe a déclaré avoir “documenté leur lutte pour une vie meilleure“. Ses photos sont bouleversantes et sont prises au plus près de l’action. Elles transpirent la souffrance, l’angoisse, le danger et aussi la mort de ces gens qui sont lancés sur des rafiots en méditerranée.

Les derniers chiffres de l’Organisation Internationale des Migrations (OIM) au 30 novembre 2016 font état de 374 037 arrivées de migrants en Europe par la Méditerranée (principalement en Grèce et en Italie) ; le nombre de décès en mer s’élève à 4699. Au moment du reportage d’Aris Messinis le nombre total d’arrivées était bien plus important avec, 518 181 migrants qui avaient entrepris le périple. Mais en 2015, le nombre de personnes noyées ou disparues en mer était de 3029, soit inférieur au nombre de décès constatés à ce jour en 2016…

Dans le MAKING OF de l’AFP, où l’auteur aborde son sujet journalistique, il déclare:

 “Ce qui me choque le plus dans cette couverture,

c’est de me dire qu’on n’est pas en zone de guerre. Qu’on travaille en zone de paix.

Mais les émotions qui passent par mon objectif sont dignes d’une scène de guerre. » 

Son travail expose une réelle facette de la folie du monde, regardez par vous-même ses clichés sont éloquents (ATTENTION! CERTAINES IMAGES SONT CHOQUANTES)

Photos Aris Messinis/AFP ©:

aris-messinis-afp-photo

aris-messinis-afp-photo-zodiac

 

une-femme-tombe-a-leau-avec-son-enfant-sur-une-plage-de-lesbos-apres-avoir-traverse-la-mer-egee-depuis-la-turquie-en-octobre-afp-aris-messinis
un-refugie-noye-sur-une-plage-de-lesbos-le-31-octobre-2015-afp-aris-messinis

le-corps-dun-bebe-noye-git-sur-une-plage-de-lesbos-debut-novembre-afp-aris-messinis

death-in-mediterranean

death-in-mediterranean1

le-corps-dun-enfant-noye-sur-une-plage-de-lesbos-afp-aris-messinis

death-in-mediterranean-4